Zoom sur un service du Siredom


Entretien avec François Mézière, Directeur des affaires juridiques et financières du Siredom
 
Dans le cadre de vos missions au SIREDOM, vous avez en charge la gestion de la commande publique, combien de marchés au total ont été attribués en 2016 et quel est le montant global sur lesquels ils portent ?
 
45 marchés ont été attribués pour un montant total d’11 millions d’euros. Parmi les principaux marchés, on peut évoquer la conception et l’installation des bornes d’apports volontaires nouvelle génération, avec un objectif de 800 bornes installées en fin de mandature. 5 marchés ont concerné les travaux relatifs aux éco-centres pour passer des 17 éco-centres existant à 25. Dans ces deux cas il s’agit de densifier le réseau d’apport de proximité des déchets au profit des habitants de notre territoire, de la valorisation des déchets et donc de la protection de l’environnement.
 
Quelles sont les évolutions par rapport aux années précédentes en termes de marchés publics ?
 
Il y a l’utilisation de procédures nouvelles ou peu utilisées. Le dialogue compétitif ou encore le marché concurrentielle avec négociation par exemple qui nous a permis dans le cadre du marché des bornes d’apport volontaire d’affiner nos exigences en terme d’éco-conception et de mieux structurer nos demandes.

Nous souhaitons utiliser tous les outils à notre disposition afin de choisir les plus adaptés. Par exemple, dans le cadre du futur marché sur la collecte et le traitement des Déchets des Services Techniques (DST), nous avons opté pour la mise en concurrence avec négociation, applicable depuis le 1er avril 2016. Les DST représentent 7 à 10% des déchets produits sur notre territoire et l’objectif légal de valorisation est de 65% de valorisation matière à l’horizon 2025. Nous avions donc besoin de trouver des solutions innovantes, adaptées à des besoins émergents.
 
Les services ont récemment été réorganisés et votre Direction regroupe à présent les services Finances et Marchés publics. Qu’apportent ces transformations ?
 
Cela apporte de l’efficacité et de la cohérence. Les services marchés et finances sont intimement liés. La facturation dépend en grande partie des marchés publics et cela apporte donc une plus grande fluidité dans les échanges et le suivi.
 
La Direction des Affaires Juridiques et Financières dans l'organigramme du Siredom
Quelles sont vos perspectives pour 2017 ?
 
Tout d’abord il y a comme objectif la rationalisation des dépenses sur laquelle nous pouvons aller vers encore plus de professionnalisation. Une attention soutenue sera accordée au suivi d’exécution des marchés, pour que nos prestataires soient tenus à un strict respect des contrats. Nous allons également intégrer de manière plus importante des clauses environnementales. Pour le renouvellement du parc automobile par exemple l’objectif est une baisse de 20% des coûts, et de faire reculer nos émissions de gaz à effets de serre
 
Suite au passage en régie directe du réseau des éco-centres, l’un des dossiers importants cette année sera les travaux qui seront nécessaires sur les sites, leur entretien et la traçabilité des déchets collectés. Enfin, deux autres dossiers seront centraux : la production de chaleur via le projet de chaufferie CSR/Bois et la Délégation de Service Public de l’exploitation de l’Ecosite de Vert-le-Grand - Echarcon.

Concernant les affaires juridiques, il y a la rationalisation de notre politique d’assurance, la mise en place d’une gestion sourcilleuse du patrimoine, le passage à l’autorisation Environnementale Unique qui viendra en remplacement du système des Installations Classées pour la Protection de l’Environnement (ICPE).