Le SIREDOM va lancer une expérimentation de collecte et traitement de biodéchets


Le SIREDOM, Agence sud-francilienne pour l’énergie, les déchets et l’environnement est sur le point de lancer un dispositif expérimental pour collecter et valoriser les biodéchets issus de la restauration collective d’une quinzaine d’établissements. Cette expérimentation sera réalisée en partenariat étroit avec la Région Ile-de-France, le Conseil Départemental de l’Essonne et la Communauté d’Agglomération Grand Paris Sud. 
 
Depuis l’automne 2014, le SIREDOM a initié une série de travaux et de démarches en vue d’aboutir à la mise en œuvre d’un dispositif pertinent et concerté de valorisation des biodéchets. Un groupe de travail réunissant la Région Ile-de-France, le Conseil Départemental de l’Essonne et la Communauté d’Agglomération Grand Paris Sud, sous la conduite du SIREDOM, a travaillé à la mobilisation d’établissements scolaires souhaitant participer à cette expérimentation.
 
Cinq collèges, cinq lycées et cinq écoles primaires vont ainsi se lancer dans le tri des biodéchets. Ce sont les déchets fermentescibles issus de la restauration collective autrement dit les restes de repas qui vont être séparés des autres déchets afin de créer une fraction valorisable. Le principe : installer des tables de tri permettant à la fin des repas de séparer les biodéchets qui peuvent être valorisés par compostage ou méthanisation. Ces déchets seront ensuite collectés et acheminés sur les installations de valorisation afin d’être transformés en compost ou biogaz.
 
Avec 15 établissements participant à l’expérimentation, ce sont près de 150 tonnes de biodéchets par an qui seront potentiellement détournées des ordures ménagères et seront valorisées.
En outre, les établissements bénéficieront d’une sensibilisation au tri des biodéchets mais également dans le cadre des actions de prévention des déchets d’une sensibilisation au gaspillage alimentaire.
 
Cette expérimentation fera l’objet d’un suivi et d’une analyse par le SIREDOM afin d’en tirer les enseignements et d’envisager l’extension du dispositif à d’autres établissements du territoire du syndicat.
 
En effet, l’opération s’inscrit dans les objectifs de la loi n°2015-992 du 17 août 2015 de transition énergétique pour la croissance verte qui a élargi et renforcé les dispositions de la loi Grenelle qui ne concernant que les gros producteurs, stipulant qu’à compter du 1er janvier 2025 tout professionnel produisant ou détenant des déchets composés majoritairement de biodéchets sera soumis à l’obligation de tri et de valorisation sans condition de seuil de production.