Interview de Jean-Claude QUINTARD, président délégué du SIREDOM en charge des finances


"Investir pour le territoire dans les déchets et l'énergie"
 

JC QUINTARDSIREDOM : Vous êtes délégué au sein du SIREDOM depuis plus de 20 ans, vous menez depuis 2014 (début de la mandature 2014 – 2020) des politiques nouvelles au sein du SIREDOM qui ont induit une profonde modification des domaines de compétence du syndicat ; ce dernier s’étant doté des compétences : énergie renouvelable, environnement et développement durable. Comment percevez vous cette nouvelle approche et quel est l’apport de cette nouvelle stratégie pour le territoire essonnien ?
Jean-Claude QUINTARD : Le SIREDOM suit les changements économiques et écologiques. Il est dans « l’air du temps » si l’on peut dire et colle au progrès. Il y a 20 ans, son action était limitée car tous les déchets étaient mis en décharge. Puis, le Centre Intégré de Tri des Déchets (CITD) a été créé et nous avons ainsi produit de l’électricité. Depuis 2014, on innove de plus en plus dans le domaine des déchets, notamment avec SEMARDEL en matière de tri et de recyclage des déchets.
La nouvelle gouvernance a donné un nouvel élan. Avec la loi de transition énergétique, le SIREDOM est désormais tourné vers l’économie circulaire, l’énergie renouvelable et l’environnement au profit de notre territoire.
Le traitement des déchets, cela a un prix qui comprend le transport à l’exutoire et le tri. Notre objectif est qu’il soit le plus bas possible. Nous avons des résultats. Le coût du traitement des déchets a baissé effectivement passant de 83€/tonne (en 2014) à 76€/tonne désormais. Il est intéressant de regarder autour de nous. 76€/tonne, c’est le plus bas tarif de la région Ile-de-France. Certaines collectivités payent jusqu’à 130€/tonne. Et je pense que l’on peut encore le faire baisser. On fait des économies ce qui est au bénéfice des habitants du SIREDOM.

 

SIREDOM : Dans le cadre de votre délégation, vous êtes en charge des finances. Quelles sont les actions principales que vous avez menées dans ce domaine et ce au profit des usagers et des contribuables ?
Jean-Claude QUINTARD : Il y a la baisse des coûts de traitement comme je l’évoquais. Nous avons également engagé une action pour améliorer le recouvrement afin de payer dans les délais nos entreprises qui sont créatrices d’emplois sur notre territoire. Il faut être sur ce point très vigilant. J’ai engagé des négociations avec les banques afin de réduire la charge de la dette du SIREDOM qui est certes raisonnable mais qu’il convient de maîtriser en vue des investissements à venir qui sont nécessaires pour être en capacité de produire de l’énergie renouvelable au profit des essonniens qui bénéficieront d’une tarification réduite. Nous poursuivons ce travail auprès des banques.

 

SIREDOM : Quelle est la charge de la dette du SIREDOM ? Et comment cette dernière va-t-elle évoluer dans les années à venir au regard de la politique volontariste du SIREDOM en matière d’opérations d’investissement (près de 47 000 000€ sur la période 2015 – 2017) et qui sont créatrices d’emplois sur le territoire ?
Jean-Claude QUINTARD : Comme je l’indiquais la charge de la dette du SIREDOM est maîtrisée et nous entendons poursuivre cette maîtrise ; et ce notre volume d’investissements à venir. Sur les 47 000 000€ d’investissements à réaliser sur la période 2015 – 2017, près de 15 000 000€ seront réalisés avec des fonds privés. Pour le reste, nous entendons avoir une politique volontariste (que nous avons déjà engagé d’ailleurs) en matière de subventionnement que nous sollicitons auprès de la Région et de l’Europe qui sont nos principaux financeurs. Notre objectif est de réduire au maximum le financement en fonds propres pour maîtriser le coût du traitement.
Les investissements que nous réalisons sont au profit de notre territoire au motif qu’ils sont générateurs d’emplois locaux et qu’ils permettront aux collectivités adhérentes de bénéficier de recettes supplémentaires au travers les soutiens éco-organismes. C’est du « gagnant-gagnant ».

 

SIREDOM : Vous siégez au SIREDOM depuis de nombreuses années et avez suivi son développement. Que pensez vous de l’évolution du SIREDOM depuis 2014 et quel est l’intérêt de cette évolution pour les générations futures ?
Jean-Claude QUINTARD : Oui je siège depuis la création du SIREDOM. Chaque président successif a apporté son tempérament et ses apports au syndicat. Depuis l’arrivée de Xavier DUGOIN comme Président du SIREDOM, les relations avec la SEMARDEL ont évolué. Nous avons désormais pris toute notre place en tant que 1er actionnaire. Je travaille en lien étroit et toute confiance avec Xavier ; tout comme l’ensemble des délégués et vice-présidents.
Concernant les générations futures, je pense que le projet de chauffage de l’agglomération d’Evry est très porteur qui sera générateur de recettes. On parle de 3 000 000€ supplémentaire par an avec le Combustible Solide de Récupération (CSR). Encore une fois, ces revenus seront autant en moins à payer pour les habitants. On pourra aussi dans le futur chauffer des serres et accompagner la diversification de l’agriculture, la culture maraichère, etc.
Alors que tous les coûts augmentent dans la vie de tous les jours, je pense que nous pouvons peser pour faire payer un peu moins les habitants. D’un point de vue écologique, nous allons chercher tout ce qui peur se recycler. On essaye de payer le minimum de Taxe Générale sur les Activités Polluantes (TGAP). Nous avons un centre d’enfouissement qui est fait pour durer 30 ans, il faut se donner pour objectif qu’à la fin de cette échéance, il ne soit pas rempli car nous aurons recyclé le maximum de ce que nous pouvons.